Part 05 – Art de la levée de fonds

Dernier conseil : trouver le bon investisseur en cherchant parmi beaucoup. C’est en forant plusieurs trous que l’on trouve du pétrole. C’est donc en rencontrant beaucoup d’investisseurs que l’on trouve le ou les bons. Il est important avant de se lancer dans une coûteuse campagne de levée de fonds, de réseauter dans le milieu des investisseurs pour discuter avec eux pour « tâter le terrain ». Si le projet peut les intéresser à ce moment là il est intéressant de prendre un conseil ou de préparer la levée de fonds seul.

Souvent les entrepreneurs décident de lever des fonds une fois qu’ils ont besoin d’argent. Première erreur, car ils sont à ce moment là en position de faiblesse. Il faut discuter avec les investisseurs dès que l’on débute. Il est toujours intéressant de susciter l’intérêt d’investisseurs quand on a besoin d’argent. Vous connaissez le genre humain, il veut ce qu’il n’a pas et ne veut plus de ce qu’il a…

Une partie de travail de l’entrepreneur est non seulement de s’occuper de son entreprise mais aussi de réseauter pour trouver des partenaires (un investisseur est un partenaire).

Publicités

Part 04 – Art de la levée de fonds

Pour présenter son projet il est important de faire une présentation (souvent sous powerpoint). Ce qui dit Guy est que sans présentation powerpoint on est sûr de se planter et avec on sait au moins que le projet est mauvais…

Souvent les présentations sont longues plus de 30 diapos et ennuyeuse.s Guy, après avoir subit des centaines de présentation, a établit une règle que j’apprécie beaucoup et qui a n’en pas douté va dérouter les investisseurs français habitués à des présentations longues.

C’est la règle des 10/20/30 :

  • 10 pour 10 diapos maximum par présentation.
  • 20 pour la durée de la présentation pas plus de 20 minutes.
  • 30 est la taille des caractères pour qu’ils puissent être correctement visible.

Cette règle est aussi bien applicable pour lever des fonds, mais aussi lors de toutes autres présentations (commerciales, partenariat, projets, etc…)

Pourquoi 10 diapos ? Car un être humain ne peut pas comprendre plus de 10 concepts en une seule réunion. Si on est pas capable de retenir ces 10 diapos, cela veut dire que l’on a pas de projets ou qu’il est mal défini.

Le meilleur plan pour présenter une entreprise à des investisseurs est le suivant :

  1. Le titre
  2. Problème / Besoins non satisfaits sur le marché
  3. Votre solution
  4. Le Business Modèle
  5. La technologie
  6. Le marketing et la vente
  7. La concurrence
  8. L’équipe
  9. Projections financières
  10. Situation actuelle et les étapes du projet

Pourquoi 20 minutes de présentation ? Tout d’abord, car si on respecte la première règle et la troisième règle alors on doit tenir pas plus de 20 minutes, ce qui laisse sur un rendez vous d’une heure 40 minutes pour les questions ce qui est largement suffisant. Enfin, l’attention d’un auditoire ne dépasse pas 20 minutes d’attention.

Pourquoi 30 de taille de caractère ? Cela limite le nombre de points inscrit sur une diapo mais aussi et surtout cela permet de n’inscrire que les points importants. En plus, c’est plus facile à lire pour les lecteurs, surtout s’ils sont au fond de la salle à une large distance.

Cet exercice est extrêmement difficile aussi bien à mettre en oeuvre que de convaincre les entrepreneurs de l’utiliser. Mais je peux vous dire que faire des présentations en utilisant cette méthode est rudement efficace

Art de la levée de fonds by Guy Kawasaki

Guy Kawasaki vous connaissez ? Pour ceux qui suivent mon blog depuis le début ils connaissent notamment le livre The Art of Start qui est le best seller de Guy.

Guy est un serial entrepreneur qui n’a jamais fait appel aux capitaux risqueurs mais qui les connait bien car il en est lui même et il aide les jeunes entrepreneurs à les convaincre.

Dans les 3 vidéos qui vous allez voir, vous verrez un Guy modeste avec un grand sens de l’humour vous donnez 3 conseils sur comment trouver des fonds dans la Silicon Valley. Certes, l’unicité de la Silicon Valley fait que l’utilisation de ces conseils à la lettre est une des conditions sine quo non pour réussir mais on peut également utiliser ces conseils en France.

Devant la richesse du contenu de l’intervention de Guy, je vous propose une série de 5 posts développant les 5 conseils que Guy vous donne dans les vidéos suivantes.

Je posterais une fois par jour les différents posts. Bonne lecture, et pour les plus anglophones, bon visionnage.



Source

Twitter outil puissant mais toujours pas de Business Modèle

Je viens de lire un article très intéressant sur Twitter et son business modèle, enfin plutôt sur son absence de Business Modèle. En effet, Twitter n’a aujourd’hui quasiment aucune source de revenus. Je pense que c’est une mode aujourd’hui dans la vallée et dans le monde du web 2.0.

La stratégie ? D’abord proposer un service le façonner avec les premiers utilisateurs, puis ensuite le fiabiliser en investissant des millions levés auprès des capitaux risqueurs et enfin trouver comment faire de l’argent.

Je suis assez bluffé par l’idée et surtout par le service Twitter qui rend assez dépendant (addicted dans le langage Web 2.0). Je me souviens de la réaction sur Seesmic de certains Seesmiceurs et Seesmiceuses déplorant la mise hors service de Twitter. A les entendre c’était une catastrophe nationale, comme si leur vie en dépendait. Si çà ce n’est pas de l’addiction… Vous me direz quel est le lien entre Seesmic et Twitter ? Simplement si vous êtes un inconditionnel de Twitter vous serez un jour inconditionnel de Seesmic, enfin c’est ce qu’espère Loic Lemeur le fondateur de Seesmic.

Donc, revenons à nos moutons, dans cet excellent article de Wired, l’auteur reprend une interview du fondateur de Twitter qui vient de lever encore $20 millions pour une évaluation de la société estimée à $100 millions ; pas mal pour une entreprise qui réaliserait pas grand chose de chiffres d’affaires. Il faut dire que l’un des investisseurs n’est autre que Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon qui a été critiqué en son temps pour des levées de fonds successives sans arriver à être profitable (mais lui généré au moins du CA). Quand on voit qu’Amazon gagne des millions aujourd’hui, on peut se dire que le fondateur de Twitter a son idée pour gagner de l’argent.

Actuellement, la seule source de revenue connue est la part perçue sur l’utilisation du service via SMS.

La première piste évoquée est tout simplement de la publicité classique insérée dans la timeline entre les messages sûrement. Pas sûr que çà rapporte grand chose.

La seconde piste évoquée est le paiement de l’utilisation de Twitter par les entreprises. En effet, il est un excellent moyen de communiquer vers des groupes de clients identifiés par les entreprises. Dell s’est déjà lancé sur le créneau et affirme avoir déjà réalisé $500 000 de ventes via des offres spéciales sur Twitter. Dell avance aussi le chiffre de 1 500 followers (donc abonnés) sur Twitter. En recherchant, j’ai donc trouvé pour Dell plusieurs compte :

  • DellSmBizOffers avec 151 followers offre concernant les PME mais uniquement américaines (bravo la mondialisation de l’internet chez Dell)
  • DellChannel avec 71 followers à direction des partenaires (revendeurs)
  • DellOutlet avec 1 516 followers offre pour les particuliers mais encore uniquement américains
  • et aussi Direct2Dell, StudioDell, IdeaStorm, IdeaStormAction, DellHomeOffers, DellintheClouds, DellChannel, DellYourBlog, DellInsideIT, TeamDel

Je suis donc très impatient de voir comment Twitter va faire pour rentabiliser tous les investissements déjà réalisés. L’autre question que je me pose est : ont ils déjà des business modèles élaborés ou n’ont ils rien comme ils le disent ? Dans le premier, cas, ce sont des sacrés cachotiers alors que dans le deuxième cas de sacrés communicateurs.

Affaire à suivre…

Nouveau site pour Entrepreneurs

Le Council for Entrepreneurial Development (CED) a lancé il y a quelques semaines un site ressource pour entrepreneur. Ce site Startups247 (247 pour 24 h et 7 pour 7 jours) regroupe des articles de professionnels qui sont classés en 3 types : Bonnes Pratiques, Concepts clés, Nouvelles tendances. Pour chaque type, il existe un petit logo très didactique.

Le site se divise en 5 sections ce qui correspond peu ou prou aux sections d’un Business Plan à savoir :

  • Conseils aux Entrepreneurs
  • Financement et levée de fonds
  • Ventes et Marketing
  • Ressources Humaines
  • Plan opérationnel 

Attention, ce site est réalisé par des américains pour des américains. Il faut donc faire attention notamment concernant les articles techniques tels que la check list pour la création d’entreprises.

J’ai testé rapidement, et j’avoue que les articles sont des qualités assez inégales. Je crains que si ce site n’est pas suffisamment animé, il rejoigne les sites annuaires qui fleurissent depuis 1996…

Affaire à suivre…

De gros sous pour le solaire

La société israélienne Solel a annoncé une levée de fonds record de $105 millions par le fonds anglais Ecofin. Cela montre bien que le marché du solaire devient un marché de masse dont les acteurs cherchent une certaine masse critique. La guerre à l’armement est donc déclarée…

Cette levée suit un contrat record signé par la société israélienne avec le distributeur d’électricité  californien PG&E pour la production d’une unité de production solaire dans le désert de Mojave de 553 mégawatts. Pionnère sur le marché, elle possède déjà 9 unités de production dans le désert californien qu’elle exploite depuis les années 80.

Le montant des sommes levés parait important mais est ridicule ramené aux montants nécessaires pour construire ces usines. Pour construire cette nouvelle usine dans le désert de Mojave, la société devra débourser $ 1 milliard. Cette levée devrait également permettre la concrétisation de projets avec d’autres acteurs américains tels la Southern California Edison ou San Diego Gas & Electric.

Le patron de Solel Avi Brenmiller pense que le marché est énorme plusieurs centaines de mégawatts et l’investissement devient de plus en plus rentable du fait de l’augmentation structurelle du prix de l’énergie et des matières premières. Le solaire est parfaitement adapté à la Californie. A quand alors des unités en Afrique, le climat ne s’y prête-t’il pas ou est-ce plutôt la solvabilité qui n’est pas au rendez vous ??? A méditer.

En tout cas, bravo car les Etats Unis même s’ils n’ont toujours pas signé le protocole de Kyoto ne font pas dans la demi mesure quand ils se lancent dans les énergies renouvelables… 

Comment lever des fonds (in english)

Voici une bonne illustration de comment lever des fonds. En effet, pour être cohérent avec sa stratégie de transparente qu’il a adopté depuis la création, Loic Lemeur explique sur la vidéo ci-dessous comment il a levé $6 millions auprès de Business Angels. Good job Loic. Vodpod videos no longer available. from vodpod.com posted with vodpod