De l’azote pour stocker l’énergie – BE Russie 25

Les chercheurs de l’Institut de Cristallographie A. V. Shubnikov, conjointement avec les experts de l’Institut Max Planck pour la Chimie (Mainz, Allemagne) ont créé une substance qui est capable de stocker significativement plus d’énergie que n’importe quel accumulateur existant. L’azote est à l’origine de cette substance.

Les chercheurs étaient capables de transférer l’azote gazeux sous la forme d’un cristal qui n’est pas inférieur au diamant au niveau structure et solidité. Il a été appelé « azote polymère. » Chaque atome d’azote dans le cristal est entouré par trois atomes semblables; ils sont tous combinés par des liens covalents simples et forment un réseau tridimensionnel d’une structure compliquée semblable aux atomes carboniques dans le treillis de diamant. Pour le moment, le matériau est seulement stable à haute pression mais son potentiel semble énorme.

L’azote polymère a un niveau de densité d’énergie chimique stockée extrêmement élevé. Sa décomposition est accompagnée d’un afflux d’énergie qui excède de 20 pour 100 celui de la combustion de l’essence. Si l’azote polymère est utilisé comme combustible de fusée, la masse de la fusée diminuera d’un facteur de dix pour la même charge utile. De plus, ce matériau est écologiquement propre car son produit de décomposition est présenté avec l’azote gazeux. L’azote polymère n’a pas besoin d’un agent d’oxydation tel que l’oxygène pour « la combustion ». Il peut fonctionner dans le vide, sous l’eau et dans n’importe quelle atmosphère. En raison de sa compacité et de la haute énergie contenue, le polymère pourrait remplacer de grands accumulateurs et même l’hydrogène.

 

 

Posted via web from Tech2buziness

Un système efficace d’identification des plaques minéralogiques – BE Australie 66

Des informaticiens de l’Université de Technologie de Sydney ont développé un système d’identification automatique des plaques minéralogiques de voitures en circulation. Le dispositif comporte une caméra qui enregistre les numéros d’immatriculation reliée à un ordinateur qui assurera le traitement de l’image numérique. L’information peut alors être immédiatement exploitée.

Embarqué dans une voiture de police, ce dispositif est destiné à la détection en temps réel des voitures volées ou non enregistrées, en circulation ou statiques. La consultation de bases de données déterminera sur le champ la validité de la plaque permettant ainsi une action immédiate. La numérisation de l’image se fait en utilisant un maillage hexagonal au lieu du maillage carré conventionnel. L’utilisation de pixels hexagonaux a permis aux chercheurs de mettre au point un programme capable d’optimiser la détection des courbes, améliorant ainsi l’identification des nombres et des lettres.

Les applications du programme sont multiples et ne se limitent pas à la surveillance. Le projet mené sur trois ans a en effet contribué de façon significative au développement de la technologie des pixels hexagonaux (« spiral architecture ») ouvrant ainsi la voie vers des applications dans d’autres domaines, comme dans celui de la robotique pour la reconnaissance d’objets complexes.

 

 

Posted via web from Tech2buziness

CERTI FEU s’installe sur la zone d’activités d’Hindisheim – ADIRA

Afin d’asseoir le développement de CERTI FEU, la famille Grumbach a décidé de construire 400 m² de locaux sur la zone d’activités communale d’Hindisheim.

Créée en 1992 par M. Serge Grumbach, la société CERTI FEU est spécialisée dans la sécurité incendie (formation et maintenance de matériel) et propose ses services aux particuliers, aux professionnels et aux collectivités. La société emploie 6 personnes et réalise un chiffre d’affaires de plus de 600 000 euros.

L’ADIRA a accompagné ce projet avec le soutien du Conseil Général du Bas-Rhin et de la Commune d’Hindisheim.

Posted via web from Tech2buziness

Siat-Braun sur tous les fronts – Les Dernières Nouvelles d’Alsace

20 millions d’euros pour une nouvelle unité de billonnage, 15 millions d’euros pour une centrale à biomasse… Les dirigeants de la scierie Siat-Braun ont présenté hier leurs projets aux représentants de la CCI, en sollicitant leur concours pour réaliser une autre de leurs ambitions : basculer une partie du transport routier vers le rail.

 C’est déjà la plus importante scierie française de résineux et elle est appelée à grandir encore. La gigantesque unité de sciage, entièrement reconstruite en 2003 à Urmatt par les frères Siat, continue en effet à se développer.

Unité de cogénération

 Paul Siat, son directeur général, l’a confirmé hier à Jean-Louis Hoerlé et Philippe Colson, le président et le directeur général de la chambre de commerce et d’industrie de Strasbourg, venus visiter l’usine avec un groupe d’élus : « Nous avons engagé une phase complémentaire d’investissements ».
 L’entreprise, qui emploie 280 personnes et qui a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros, mène en fait trois projets de front. Pour commencer, a expliqué M. Siat, elle s’apprête à construire une nouvelle unité de billonnage sur son site d’Urmatt. Cet équipement, qui représente un investissement de près de 20 millions d’euros, remplacera l’actuel parc à billons situé sur son site d’Heiligenberg. Rapprocher cette activité de la scierie permettra, a souligné le dirigeant, « d’éviter les ruptures de charge ».
 Un autre chantier, qui se chiffre à 15 millions d’euros, est en préparation. Siat-Braun a en effet obtenu fin janvier le feu vert du gouvernement pour construire une centrale à biomasse (DNA du 23 janvier). Cette unité, qui devrait être opérationnelle au deuxième trimestre 2011, produira à la fois de l’électricité, qui sera revendue sur le réseau, et de la chaleur à partir de la combustion d’écorces, a expliqué Paul Siat.
 Les calories générées par le process permettront à l’entreprise de proposer à ses clients du bois de charpente sec. « Elles nous permettront également de sécher des sciures, ce qui nous permettra de nous positionner sur le marché du granulé », a précisé le directeur général.

Embranchement ferroviaire

 La scierie, qui vient de consacrer 3 millions d’euros à la restructuration de son unité de fabrication de tasseaux et de moulures de Niederhaslach, réfléchit également au moyen de basculer une partie des flux de transport qu’elle génère de la route vers le rail.
 « Nous scions 650 000 m³ de grumes par an. Cela signifie qu’une centaine de camions grumiers arrivent chaque jour sur le site et qu’une centaine en ressortent, dont 50 chargés de sciages qui vont livrer nos clients dans toute la France, et 50 chargés de sciures et de plaquettes », a expliqué Didier Anne-Braun, le directeur des ressources humaines.
 L’idée développée par l’entreprise consiste à se doter d’un embranchement ferroviaire pour expédier une partie de sa production par conteneurs. « Nous avons les moyens d’envoyer trois trains entiers par semaine », souligne le DRH. La scierie a d’ores et déjà dégagé les moyens (près de 4 millions d’euros) et préparé les terrains nécessaires à la construction de 400 à 600 mètres de voie ferrée.
 Le problème, pour elle, consiste à rentabiliser ce mode de transport, qui s’avère plus cher que la route si les wagons reviennent à vide. « Notre souci aujourd’hui est de trouver des industriels de l’Ouest de la France qui auraient besoin de nos trains pour transporter des produits jusqu’ici », a résumé Paul Siat.
 Pour cela, les CCI peuvent constituer une aide précieuse, ont estimé Jean-Louis Hoerlé et Philippe Colson. En s’engageant à actionner le réseau.

via dna.fr

Posted via web from Tech2buziness

Steve Jobs et Eric Schmidt prenant un café

Création d’un bureau de l’innovation et de l’entrepreneuriat : l’exécutif fédéral se mobilise en faveur des entreprises innovantes – BE Etats-Unis 179

Le nouveau Bureau de l’Innovation et de l’entrepreneuriat, qui répondra directement au secrétaire Locke, concentrera ses actions sur l’étape la plus amont de la vie de l’entreprise, à savoir la traduction en plans d’affaires d’une idée de laboratoire de recherche. Ce nouveau bureau aura pour objectif d’exploiter et de maximiser le potentiel économique des nouvelles idées en supprimant les obstacles à l’entrepreneuriat et au développement d’entreprise hautement innovantes et à forte croissance. Il devra identifier et soutenir les programmes les plus efficaces en faveur de l’entrepreneuriat et amorcer la création de nouveaux.

Le bureau s’est fixé les six priorités suivantes :
1) Encourager les entrepreneurs à travers l’éducation, la formation et de mentorat ;
2) Améliorer l’accès aux capitaux pour les jeunes entreprises ;
3) Accélérer la commercialisation des technologies issue de la R&D financée par des fonds fédéraux ;
4) Renforcer la collaboration entre les différents départements ministériels, les instituts et agences de recherches fédéraux ainsi que les universités ;
5) Favoriser l’accès aux ressources clés pour les entrepreneurs (données scientifiques, infrastructures, main d’oeuvre qualifiée et accompagnement) ;
6) Explorer de nouvelles mesures incitatives pour les entrepreneurs et les investisseurs.

De son côté, le Conseil national de l’innovation et de l’entrepreneuriat sera chargé de conseiller le ministère du commerce sur les politiques relatives au soutien des petites entreprises tout en incitant le département ministériel à engager un dialogue régulier avec les entrepreneurs et les collectivités de petites entreprises. Le conseil devrait être composé d’entrepreneurs à succès, de personnalités qui se sont lancés dans des projets innovants, d’investisseurs, de responsables de fondations (tel que Kauffman bien entendu) ainsi que d’autres experts du monde universitaire et académique.

Depuis son installation, l’Administration Obama s’est engagée à soutenir la réussite de entrepreneurs sur le sol américain, comme en témoignent ses efforts pour désengorger les marchés du crédit et la variété des crédits d’impôt et autres mesures incitatives créées pour encourager les industries émergentes comme l’énergie renouvelable et ou les Smart Grids (réseaux de distribution d’électricité « intelligents »). La création d’un bureau et d’un Conseil pour l’innovation et l’entrepreneuriat ne peut que conforter notre analyse selon laquelle le gouvernement américain mise en priorité sur les créateurs d’entreprises pour relancer l’économie du pays.

Source :Commerce Secretary Locke Announces New Commerce Initiatives to Foster Innovation and Entrepreneurship. 24/09/09 – http://www.entrepreneurship.gov/News/20836.html

 

Posted via web from Tech2buziness

L’éolienne, une énergie viable- BE Espagne 86

La première étude menée par une équipe d’ingénieurs de l’Université de Saragosse montre que celle-ci est techniquement viable et économiquement raisonnable puisqu’elle représente 30% de la production énergétique espagnol. D’autre part, un rapport de deux chercheurs de l’Université d’Alcalá (UAH) et de l’Association Européenne de l’Energie Eolienne (EWEA) montrent que le développement de l’éolienne a permis une augmentation de 226% des emplois créés dans ce secteur sur l’ensemble de l’Union Européenne. Les parcs éoliens qui produisent actuellement 12% de l’énergie électrique en Espagne pourront selon les estimations en produire 30% en 2030.

Les résultats de la première étude démontrent que l’énergie éolienne participent à hauteur de 30%, le solaire 20%, et les turbines à gaz (biogaz et gaz naturel) à hauteur de 20% sur l’ensemble de la production énergétique espagnole. Le reste se répartirait entre l’énergie hydraulique, géothermique et biomasse (20% les trois réunies) ainsi que celle obtenues grâce aux centrales à charbon (10%) dans lesquelles sont appliquées des techniques de rétention du CO2 afin de réduire son impact sur le réchauffement climatique. Ces essais prennent en compte les éventuelles pannes d’aerogénérateurs lorsqu’il n’y a pas de vent, supposent un apport de combustibles fossiles en dessous de 20% et excluent le recours à l’énergie nucléaire. L’étude souligne qu’en 2007 les parcs éoliens fournissaient déjà près de 10% de l’électricité en Espagne. Leur capacité de production d’énergie a augmenté ces dernières années tout comme la création d’emplois dans ce secteur.

 

Posted via web from Tech2buziness