Nouvelles valorisations dans le web

Même la Silicon Valley souffre de la crise financière. Le signal ? La présentation de Sequoia a fait l’effet d’une bombe. En deux mots, l’un de fonds gourous de la Silicon Valley prédit à l’époque que la crise va également frappé durement la crise. Qui pouvait penser le contraire ? Fallait il que Sequoia le dise pour que la réalité change ? Effet moutonnier.

Dans un slideshow de 56 diapos, Sequoia explique que le futur sera dur (merci on pouvait s’en douter) et donne quelques conseils pour survivre :

  1. Analyser froidement la situation
  2. Accélérer sa capacité d’adaptation
  3. Procéder à des réductions coûts
  4. Revoir les salaires
  5. Privilégier les coûts variables aux coûts fixes
  6. Devenir rentable le plus rapidement possible
  7. Dépenser chaque dollar comme si c’était le dernier

Deux remarques par rapport à ces conseils. D’abord, pourquoi donner ces conseils aujourd’hui ? Cela laisse supposer qu’ils n’étaient pas valables avant en temps d’embellie ? Là je comprends mieux comment des entreprises peuvent lever des millions de dollars… Pour moi, tous ces conseils sont des conseils intemporels et pas seulement en période de crise. Ensuite, je m’élève en faux sur l’un des points : revoir les salaires. Pourquoi réduire les salaires ? Cela veut dire que les salariés sont moins performants en période de crise ou est ce à dire que l’on peut réduire les salaires, les salariés sont moins en position de quitter l’entreprise ? Drôle de gestion des ressources humaines non ? Réduire aussi bien les salaires que le nombre de salariés en période de crise est une hérésie, comme le dit bien Nicolas Hayek dans son livre (que je vous recommande). « Quand on licencie 200 salariés, cela veut dire que ces personnes ne servaient à rien et que le patron est donc un imbécile de les avoir gardées. De deux choses l’une, ou bien il employait 200 personnes superflues, ou bien il renonce aujourd’hui à 200 personnes dont il aurait effectivement besoin pour assurer la croissance. Auquel cas, avec ces licenciements, il ampute également une partie de son CA« . Pas facile à appliquer mais plein de bon sens.

Mais revenons à notre sujet principal. Dans une interview accordée à Vator.tv, Jeff Clavier un des capitaux risqueurs les plus actifs dans la vallée, explique que les valorisations, suite à la présentation de Sequoia et surtout de la crise, ont chuté pour atteindre les niveaux de 2003. La question que l’on peut se poser aujourd’hui est de savoir, laquelle est la plus réaliste ? Celle de 2008 pre crise ou post crise ? L’avenir nous le dira.

Interview de Jeff Clavier sur vator.tv :

Vodpod videos no longer available.
more about « Test« , posted with vodpod

La présentation de Sequoia Capital :

Vodpod videos no longer available.

more about « Sequoia« , posted with vodpod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :