Responsabilité & Action

Subprimes, Banques d’affaires, Titrisation, tous ses mots barbares envahissent les médias aujourd’hui. Mais que s’est il donc passé depuis quelques mois ???

La crise financière et j’insiste sur le fait qu’aujourd’hui c’est une crise financière et non économique – enfin pour l’instant – prend racine depuis l’affaire des subprimes. Pour moi, comme certains éditorialistes et économistes l’avancent, les racines du mal sont plus profondes. Certains disent depuis 25 ans et fustigent la politiques économiques du gourou de la FED Alan Greenspan. Il ne faut pas non plus jeter le bébé avec l’eau du bain.

Pour moi, l’origine de cette crise est double. C’est une origine structurelle qui trouve ses racines depuis une vingtaine d’années avec le développement de la finance mondiale et de ses colosses financiers que sont les fonds d’investissement et banques d’affaires. Cette origine structurelle avait besoin d’un détonateur pour exploser. Tout le monde pense aux fameux subprimes. Mais pourquoi aujourd’hui et pas demain ou hier ???

L’origine conjoncturelle est une onde de choc ou une réplique du séisme qui a secoué le monde : le 11 septembre 2001. Pourquoi cette date ? Je ne vais pas revenir sur l’évènement bien connu, mais souvenez la réaction de la banque centrale américaine. A. Greenspan tant décrié aujourd’hui et adulé à l’époque, pour soutenir l’économie américaine d’une possible récession a baissé les taux d’intérêts. Résultat, l’argent pas cher à couler à flots ce qui a alimenté les dérives financières existante (origine structurelle) ce qui a conduit au crash d’aujourd’hui.

Mais qu’est ce que cette crise ? Cette crise est tout simplement la mise en lumière des pratiques financières de plus en plus sophistiquées et irrésponsables des financiers. Comme, il n’était plus vraiment rentable de miser sur les produits indexés sur les taux d’intérêts (obligations), les investisseurs se sont dit, nous allons nous endetter soit pour investir en bourse soit pour faire du crédit notamment immobilier. Sauf que ces investisseurs n’étaient des banques donc n’avait pas l’obligation de gager une partie des encours de prêts sur ses fonds propres. Pour ses prémunir les vendeurs de prêts revendaient les prêts aux banques d’affaires qui faisaient une opération de titrisation. La titrisation consiste à découper des prêts en plusieurs titres pour diversifier le risque. Sauf que, comme tout le système a été industrialisé et que les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel, un moment la machine s’est grippée lorsque les premiers emprunteurs n’ont pas pu rembourser leurs échéances. Comme les prêts étaient gagés sur les maisons pour lesquels ils s’étaient endetter, les investisseurs se sont retrouvés avec des garanties dont la valeur s’est effondrée : trop d’offres pas assez de demande.

Bref, ce qui est révoltant dans ce cas de figure, est que les principaux patrons des banques d’affaires, et là on ne parle pas des courtiers en prêts indépendants qui ont fait fortune ont gagné l’an dernier près de $ 85 milliards et non je n’ai pas fait de fautes de frappe. Et qui va éponger leur prise de risque les contribuables. Moral tout ca pas vraiment mais a t’on le choix ?

J’ai bien aimé le débat hier soir sur France 3 avec Soros notamment. Il y a avait égalemment Philippe Manière, Directeur du Think Tank de Bébéar qui disait que les salaires de patrons de ses banques devraient non seulement être indexés sur les performances mais aussi sur les risques encourus. Moi je rajouterai qu’une clause de leur contrat devrait être ajoutée : une sorte de garantie de passif. Si dans les 5 années qui suivent la banque connait de sérieux problèmes dus à la gestion de celui-ci une partie de ses primes devraient être restistuée ou mieux encore, les primes seraient bloquées jusqu’à la fin de cette période.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :