Notebook design suite

VoodooPC avec un Intel Core Duo 1,8 Mhz 60 à 80 GB de disque dur, 2 GB de mémoire, une webcam et bien sûr Vista et Microsoft Office (inclus)

Notebook design

Vous rêvez d’avoir un notebook PC design ? Voici quelques projets sympas :

Le Blackbook : aucune information sur la commercialisation de la bête ni de ses performances


La patate douce et le manioc dans vos réservoirs !!!

Le saviez vous aujourd’hui la production d’éthanol se fait à base essentiellement de maïs. Or des chercheurs de l’Agence de recherche Agronomique du Maryland et de l’Alabama ont découvert que les patates douces et le manioc fournissaient 2 à 3 fois plus d’hydrate de carbone que le maïs. L’hydrate de carbone est à extrait des plantes après hydrolyse puis transformé en alcool après fermentation.

Le rendement du manioc et de la patate douce est le même que celui de la canne à sucre.

D’après les premières recherches, il semblerait que le manioc et la patate douce demande moins d’eau et moins d’engrais que le maïs.

Si l’information se confirme, c’est une bonne nouvelle pour la planète et également pour les régions françaises. En effet, je vis en Alsace où les champs sont uniformes, tapissés de maïs aussi bien pour l’alimentation du bétail que pour la production d’éthanol.

D’autres produits agricoles tels que les écorces de citrons sont à l’étude pour diversifier les matières pour la production de bioéthanol.

Source : Bulletins électroniques & ARS

Un anaconda dans vos prises !!!

Vous pensiez avoir tout vu en moyens de production d’énergie verte ? Vous vous trompez. Voici la nouvelle invention d’une entreprise anglaise qui utilise l’énergie des vagues pour produire de l’énergie. Le principe est simple, il s’agit d’amarrer au fond de la mer des tubes flexibles remplis d’eau. Placé dans le sens des vagues, le tube ondule dès qu’une vague touche l’extrémité ce qui produit une onde à l’intérieur du tube qui est accentué par la pression des vagues à l’extérieur du tube. A l’extrémité, un générateur produit de l’énergie.

Par contre, aucune information n’est donné sur la façon dont l’électricité est ensuite distribué. Regardez la vidéo

Responsabilité & Action

Subprimes, Banques d’affaires, Titrisation, tous ses mots barbares envahissent les médias aujourd’hui. Mais que s’est il donc passé depuis quelques mois ???

La crise financière et j’insiste sur le fait qu’aujourd’hui c’est une crise financière et non économique – enfin pour l’instant – prend racine depuis l’affaire des subprimes. Pour moi, comme certains éditorialistes et économistes l’avancent, les racines du mal sont plus profondes. Certains disent depuis 25 ans et fustigent la politiques économiques du gourou de la FED Alan Greenspan. Il ne faut pas non plus jeter le bébé avec l’eau du bain.

Pour moi, l’origine de cette crise est double. C’est une origine structurelle qui trouve ses racines depuis une vingtaine d’années avec le développement de la finance mondiale et de ses colosses financiers que sont les fonds d’investissement et banques d’affaires. Cette origine structurelle avait besoin d’un détonateur pour exploser. Tout le monde pense aux fameux subprimes. Mais pourquoi aujourd’hui et pas demain ou hier ???

L’origine conjoncturelle est une onde de choc ou une réplique du séisme qui a secoué le monde : le 11 septembre 2001. Pourquoi cette date ? Je ne vais pas revenir sur l’évènement bien connu, mais souvenez la réaction de la banque centrale américaine. A. Greenspan tant décrié aujourd’hui et adulé à l’époque, pour soutenir l’économie américaine d’une possible récession a baissé les taux d’intérêts. Résultat, l’argent pas cher à couler à flots ce qui a alimenté les dérives financières existante (origine structurelle) ce qui a conduit au crash d’aujourd’hui.

Mais qu’est ce que cette crise ? Cette crise est tout simplement la mise en lumière des pratiques financières de plus en plus sophistiquées et irrésponsables des financiers. Comme, il n’était plus vraiment rentable de miser sur les produits indexés sur les taux d’intérêts (obligations), les investisseurs se sont dit, nous allons nous endetter soit pour investir en bourse soit pour faire du crédit notamment immobilier. Sauf que ces investisseurs n’étaient des banques donc n’avait pas l’obligation de gager une partie des encours de prêts sur ses fonds propres. Pour ses prémunir les vendeurs de prêts revendaient les prêts aux banques d’affaires qui faisaient une opération de titrisation. La titrisation consiste à découper des prêts en plusieurs titres pour diversifier le risque. Sauf que, comme tout le système a été industrialisé et que les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel, un moment la machine s’est grippée lorsque les premiers emprunteurs n’ont pas pu rembourser leurs échéances. Comme les prêts étaient gagés sur les maisons pour lesquels ils s’étaient endetter, les investisseurs se sont retrouvés avec des garanties dont la valeur s’est effondrée : trop d’offres pas assez de demande.

Bref, ce qui est révoltant dans ce cas de figure, est que les principaux patrons des banques d’affaires, et là on ne parle pas des courtiers en prêts indépendants qui ont fait fortune ont gagné l’an dernier près de $ 85 milliards et non je n’ai pas fait de fautes de frappe. Et qui va éponger leur prise de risque les contribuables. Moral tout ca pas vraiment mais a t’on le choix ?

J’ai bien aimé le débat hier soir sur France 3 avec Soros notamment. Il y a avait égalemment Philippe Manière, Directeur du Think Tank de Bébéar qui disait que les salaires de patrons de ses banques devraient non seulement être indexés sur les performances mais aussi sur les risques encourus. Moi je rajouterai qu’une clause de leur contrat devrait être ajoutée : une sorte de garantie de passif. Si dans les 5 années qui suivent la banque connait de sérieux problèmes dus à la gestion de celui-ci une partie de ses primes devraient être restistuée ou mieux encore, les primes seraient bloquées jusqu’à la fin de cette période.

HP sans Microsoft !!!

HP envisagerait, selon les rumeurs, de se séparer de Vista comme OS et d’élaborer un OS basé sous Linux. Cette nouvelle fait échos aux précédents posts où j’évoquais l’interrogation sur le fait que les constructeurs de PC intègre en natif Vista.

Je n’ai rien contre Vista mais force est de constater que Vista n’a pas bonne presse notamment en comparaison par rapport à XP. Et quand on sait qu’XP est largement moins facilement utilisable et fiable que Linux OS ou Mac OS.

Certes le lien entre Microsoft et les fabricants de PC est quasi fusionnel mais ne croyez vous pas que Vista n’est vraiment pas nécessaire pour un mini pc ???

Il est certain que la segmentation du marché des ordinateurs avec l’apparition des mini PC va pousser les fabricants à revoir leur politique vis à vis de Microsoft. L’avenir des OS aujourd’hui va vers la simplification des interfaces et surtout la stabilité – fiabilité. Il est à parier que dans les années à venir, il est tout à fait possible de voir des ordinateurs avec en natif un OS Linux, car Apple n’a pas l’intention de « débrider » Mac OS pour les PC.

La stratégie sur les OS est une vraie question. En effet, la redistribution dans le domaine informatique entre hardware et software est en cours. Quand on voit Microsoft qui devient fabricant de hard avec Zune et sa console, il est pas impensable d’imaginer que des fabricants de PC comme HP se lance dans la conception d’un OS avec comme noyau Linux mais au design HP. Une sorte d’OS en marque blanche. Cela pourrait être une idée tient. Une plateforme OS à base Linux développée par une société qui la proposerait aux constructeurs informatiques.

Passionnant comme débat.

Source : MacPlus

Savoir donner pour recevoir

Les nouvelles méthodes de management ? Vaste sujet dont l’un des principes est la collaboration. En effet, aujourd’hui pour être un manager performant, il faut non seulement être charismatique, mais aussi et surtout savoir partager l’information. Pourquoi me direz vous ?

D’abord parce le niveau d’études des salariés augmentent et ne se cantonnent plus à de simples « oui patron », ils veulent comprendre, apprendre et partager.

Ensuite, la mondialisation exhaserbe la compétition, ce qui veut dire pour les entreprises occidentales plus d’innovation, plus de différenciation, plus de rentabilité. Et comment générer tout cela ? Avec des gens bien formés…

Aujourd’hui partager l’information est primordial et facile grâce à tout les outils à notre disposition tels que Twitter, Facebook ou Seesmic.

Voici une petite vidéo qui résume l’application de ce principe dans l’entrepreneuriat. Ici