« Option fund », fonds dédié aux investissements très précoces

Fondation + Association de Business Angels + Université = Option fund.

Vous prenez un responsable de la cellule de valo de l’Université d’Arizona et le président de Desert Angels avec un soupçon  de fondation Kauffman pour l’entrepreneuriat et vous obtenez un fond de pré-amorçage doté d’une enveloppe de $600 000. Vous me direz pas grand chose pour un fonds d’investissement. Normal ce n’est pas un fonds d’investissement.

Le principe consiste à identifier des projets innovants et à fort potentiel dans les labos de l’université d’Arizona, de les sélectionner et d’investir des tickets de $25 000 à $50 000 pour aider l’équipe de recherche à faire la preuve du concept ou à construire un prototype.

L’objectif est que chaque partie soit gagnante et puisse retrouver ses « billes ». Comment ? Simplement, les BA et la cellule de valo prennent une option sur la future entreprise ou sur les résultats des recherches en fonction des progrès. La fondation Kauffman, elle, n’a pas de but lucratif donc est plus intéressé par le résultat du modèle pour qu’elle puisse ensuite l’essaimer

Ce projet doit donc permettre une meilleure valorisation des projets universitaires pour éviter de voir trainer dans les tiroirs des universités des innovations majeures…

Pour le moment, un seul projet a été financé mais l’objectif pour 2008 est d’en financer 4

Je trouve l’idée excellente. Au delà de l’aspect financier qui est important, on ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche, mais pour moi la vraie innovation est l’entrée de BA dans les labos. C’est une révolution. Il est assez difficile de faire entrer des chefs d’entreprises dans les laboratoires. Le fossé culturel est énorme même aux Etats-Unis. Les uns pensant que les autres ne sont intéressés que par les profits et l’exploitation des salariés (vous avez compris que je parle des chercheurs parlant des BA) et les autres pensant que les uns sont uniquement payés pour chercher et pas pour trouver. Une collaboration entre les deux est extrêmement utile car souvent les patrons de spin offs des universités se trouvent bien dépourvu quand ils entrent dans la « vraie » vie en dehors de leur cocon douillet de l’université.

De plus, je pense que ce projet répond bien aux besoins de plus en plus criant des entrepreneurs qui cherchent du financement d’amorçage ou de pré-amorçage et qui ne trouvent pas notamment en France en raison du développement plus qu’embryonnaire des BA.

Quand verra-t’on une université française se lancer dans la même aventure ? C’est pas demain la veille !!! Mais ne pourrait-on pas commencer par des rencontres chefs d’entreprise – chercheurs sur des thématiques. Ca existe déjà sûrement, non ?!?!?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :