C’est quoi le web 2.0 ?

Vous avez toujours voulu savoir ce que veut dire le web 2.0, et bien regardez cette vidéo et vous vous coucherez moins bête ce soir, comme moi d’ailleurs qui avait du mal à le définir simplement.

Publicités

Des résidus de café dans la cosmétique

Des chercheurs de l’université Sapienza à Rome ont mis au point un procédé innovant de retraitement des résidus de café.

L’utilisation actuelle des grains de café s’arrête après la production de la boisson et génère une quantité considérable de résidus, généralement jetés dans une décharge, avec les conséquences environnementales et économiques que comporte cette élimination.

Ce nouveau procédé a pour but d’exploiter les résidus de café, de source domestique ou produits de façon industrielle (suite à la fabrication de café soluble). En utilisant un solvant composé d’eau et d’éthanol, plus de 95% des polyphénols contenus dans les résidus ont été récupérés. L’eau et l’éthanol sont entièrement récupérés une fois l’extraction terminée puis réutilisés en cycle fermé pour d’autres extractions. Le procédé ne génère donc aucun type de déchet ou d’effluent à éliminer.

Les polyphénols sont des substances naturelles connues pour leurs propriétés antioxydantes et fréquemment utilisées dans le secteur diétético-alimentaire et en cosmétologie. Ceux extraits du café présentent l’avantage de posséder une capacité antioxydante supérieure à de nombreux produits de synthèse. Les résidus solides qui restent après l’extraction des polyphénols peuvent être utilisés pour l’élimination de métaux lourds de l’eau par exemple. Les résidus solides de café peuvent ainsi être employés à purifier les eaux contaminées par du plomb, cadmium et d’autres métaux nocifs.

Une autre alternative de valorisation des résidus viserait à exploiter leur pouvoir calorifique, supérieur à celui du bois de meilleure qualité. Les solides pourraient donc être compactés sous forme de palets pour alimenter poêles, chaudières ou cheminées.

Batterie rechargeable sans fils

Le fabricant japonnais de matériel électronique Universal Device Technology a développé un système de recharge de batterie sans contact pour téléphone portable.

La technologie utilise le phénomène d’induction magnétique entre une bobine de fil électrique dans la batterie et une dans la base où l’on pose le téléphone pour le charger. La charge fonctionne dès que le téléphone est à quelques centimètres de sa base. Celle-ci connectée au secteur remplacerait le chargeur filaire.

Bonne nouvelle mais que vont dire nos amis défenseur de l’environnement qui fustigent les ondes wifi. A n’en pas douter, de nouvelles batailles en perspectives.

Brickhouse, le nouvel incubateur de Yahoo

Depuis 2006, Brickhouse « l’incubateur d’idées » de Yahoo! a permis la mise sur le marché de produits et services novateurs. Basé à San Francisco, il permet à Yahoo! de mettre à disposition de ses employés les plus entrepreneurs et créatifs, des ateliers au sein desquels ils peuvent s’exprimer librement et soumettre des idées de nouveaux produits à lancer. Environ 200 idées sont proposées chaque mois. Les objectifs de cette initiative consistent à insuffler davantage la culture de l’innovation au sein de la compagnie, à améliorer l’image et la réputation de Yahoo! et enfin à concurrencer son principal rival Google en amenant rapidement de nouvelles idées et produits sur le marché.

Cet incubateur d’innovations permet en effet de réduire le temps qui s’écoule entre l’émergence d’une nouvelle idée et son entrée sur le marché. Il anticipe et analyse les réactions du client puis lance rapidement le produit. C’est en février 2006 que Brickhouse a exposé son premier produit Pipes, un logiciel libre accès qui a fait fureur auprès des bloggers, en particulier pour sa facilité d’utilisation. Concrètement, il s’agit d’un service web2.0 pertinent qui propose d’agréger des fils RSS (contenus, vidéo, moteurs de recherche…), d’établir des filtres (temps, thématiques) et d’obtenir son fil personnalisé, voire une application pour les plus inventifs. « BravoNation » fait aussi partie des produits lancés avec succès.

Cet initiative rappelle combien il est important, pour toute entreprise, de favoriser l’innovation au quotidien dans ses équipes. Souvent associée au marketing et à la R&D, l’innovation est aussi un levier pour réaliser des gains de productivité et maintenir la performance des entreprises.

Cela montre également, comment les entreprises plus « brick and mortar » vont gérer l’innovation. En effet, je pense que les entreprises web 1.0 et 2.0 sont entrain de changer la règle dans l’innovation. Il s’agit en effet, de faire participer les clients et les partenaires à la conception des produits, puis de les lancer très vite même en version alpha (premier prototype) puis ensuite de recueillir en permance l’avis des clients pour améliorer le produit.

Je pense aujourd’hui qu’il faut abandonner la notion de lancement de produits très aboutis puis de lancer des mises à jour tous les ans ou tous les deux ans. Non aujourd’hui, on lance un produit en alpha, puis 6 mois après la version béta, puis ensuite la version définitive où l’on introduit la notion de business modèle et ensuite on créer des produits et services dérivés tout en oubliant pas d’améliorer de façon continu le produit.

Cette stratégie a deux avantages majeurs :

  1. on lance rapidement un produit ce qui permet de répondre à la demande croissante de nouveautés des clients
  2. on garde le contact avec les clients en formant des communautés ce qui permet de mieux répondre à leur besoin et donc qu’ils achètent plus.

Cellules solaires vaporisées sur de l’acier

Des chercheurs gallois de l’université de Swansea travaillent en collaboration avec le sidérurgiste Corus pour le développement d’un procédé pour déposer des cellules solaires sur des feuilles d’acier plat. L’objectif est d’utiliser les bardages et toits en acier des bâtiments pour produire de l’électricité.

Pour cela, les scientifiques britanniques travaillent sur des cellules solaires sensibilisées à colorant (les DSSCs pour Dye sensitised solar cells) qu’ils souhaiteraient peindre par spray sur le substrat acier. Ils ont choisi ce type de cellule notamment pour son faible coût et pour son efficacité à l’extrémité la moins énergétique du spectre solaire, convenant bien au climat britannique.

Ils souhaiteraient exploiter la même technologie que celle actuellement utilisée en aciérie par Corus et qui consiste à peindre les feuilles d’acier en les passant entre des rouleaux. Les scientifiques espèrent atteindre ainsi un rendement compris entre 30 et 40 m2 par minute.

Les installations de revêtement de Corus Colors, la division spécialisée du groupe Corus, produisent un million de tonnes par an de produits à base d’acier peint, ce qui correspond à environ cent millions de m2 de toits et de bardages. Les chercheurs gallois estiment que, en revêtant cette surface de matériel photovoltaïque et en supposant un taux de conversion de 5%, on pourrait générer une puissance annuelle de 450 GigaWatts, soit l’équivalent de 50 fermes éoliennes.

L’équipe est déjà parvenue à peindre de petites cellules de démonstration sur un substrat acier et espère être en mesure de produire une cellule commerciale dans les deux ans et demi à venir.

Nouveaux « greenjobs » ou « cleanjobs »

Je viens de lire un article assez intéressant de Fortune sur les métiers d’avenir. En regardant, les différents métiers, je m’aperçois que de plus en plus de métiers « classique » s’intéressent à ce nouvel eldorado, preuve peut être que le marché sort de la marginalité. On peut donc se demander quand la bulle verte va éclater ?!?!?

Voici les 5 métiers misent en avant dans l’article :

  1. Trader de carbone. Il s’agit en fait de trader qui aident les entrepreneurs soient à acheter des crédits de CO2 si leurs clients sont de gros pollueurs ou au contraire les aident non seulement à vendre leur crédits si leurs clients sont peu pollueurs, mais raffinement suprême peuvent même aider leurs clients à devenir peu pollueur et ensuite de valoriser ses crédits en les vendant au meilleur prix. Qui est le mieux placer pour simuler la rentabilité d’un investissement pour rendre un site zéro carbone que les tradeurs eux-mêmes. Ces tradeurs sont à mi chemin entre les tradeurs purs et les conseils.
  2. Eco investisseurs. De plus en plus de financiers se lancent dans le clean business. Par conviction, peut être. Surtout par appât du gain. En effet, les financiers pensent, à raison je pense, que le marché des cleantech est un marché suffisamment important pour y investir des sommes importants. Pourquoi se revirement en quelques mois ? Les dérèglements climatiques ou le traité de Kyoto ? Peut être, mais pour moi l’élément moteur est plus l’intérêt de plus en plus croissant des grands groupes pour le domaine. Effet d’image en partie mais surtout, les grands groupes prennent conscience de l’intérêt économique de ces nouveaux business.
  3. Stratège climatique. Quesaquo. il s’agit de spécialiste du climat qui travaillent pour les entreprises pour permettre à ces dernières d’adapter  leur stratégie en fonction de leur prévisions. De plus en plus d’entreprises sont confrontées aux changements climatiques et doivent l’intégrer dans leur stratégie.
  4. Recruteurs pour cleanjobs. Pour créer de nouveaux postes en charge de l’environnement, encore faut-il trouver les bonnes personnes. C’est à ce moment là qu’interviennent les recruteurs en clean ou green jobs. Ils sont spécialistes dans leur domaine et leur carnet d’adresses vaut du pétrole, euh pardon de l’or…
  5. Banquiers verts. Eh oui ca existe. Il s’agit de banquiers spécialisés dans le financement des entreprises dans l’environnement. Il ne s’agit en fait que d’une spécialisation de certains banquiers pour mieux intégrer les spécificités du secteur.

10 raisons pour prendre des vacances

Titre un peu provocateur. Bien sûr vous me connaissez… En fait, il s’agit d’un post que j’ai lu sur l’excellent blog de Melissa Chang, fondatrice de l’incubateur Pure Incubation à Boston. Melissa s’interroge, avant de partir pour un long week end, sur les raisons qui poussent les entrepreneurs à prendre des vacances. Eh oui, il parait évident que certains salariés (les moins motivés) veuillent prendre des vacances. Par contre, il n’est jamais évident quand on est passionné comme les entrepreneurs de prendre des vacances.

Voici 10 raisons avancées par Melissa :

  1. Vous travaillez trop. Travailler dur est l’une des caractéristiques de l’entrepreneur, surtout du créateur. Mais travailler 20 heures par jour n’est pas forcément le meilleur moyen d’être productif. On confond souvent le nombre d’heures travaillés et la qualité du travail. En France, quand vous quittez votre bureau à 18 heures, vous êtes considérés comme un paresseux. Est ce le nombre d’heures de travail qui détermine la qualité d’un entrepreneur. Je suis sûr que non.
  2. Changez d’air stimule la créativité. Aérer votre esprit comme vous aérerez votre chambre le matin avant de faire le lit. Cela permet d’oxygéner votre esprit, rencontrez de nouvelles personnes ce qui permet de faire une vraie cure de jouvence. Ca permet à n’en pas douter de regonfler les batteries pour attaquer de plus belle.
  3. Vous tournez en rond. Quand un entrepreneur ne fait que travailler, il ne pense, ne mange, ne dort que boulot. Donc, quand il rencontre ses amis, il parle de boulot. C’est frustrant. Prendre des vacances, permet non seulement de faire le vide, mais également de parler d’autres choses que de boulot
  4. Cela fait longtemps que vous n’avez pas fait un break. C’est une raison simple et imparable non ?
  5. Il faut changer de place car toujours être dans les mêmes endroits appauvrit votre créativité. Changer d’espaces, de lieux, est important car il permet de voir autre chose donc de se reposer et d’oublier les soucis et le travail.
  6. Révéler le sens du travail. Partir et faire un break permet également de se poser la question : pourquoi travaille t’on si dur ? Il permet de remettre le travail en perspective dans sa vie.
  7. Changez d’air repose également car on oublie son travail et ses soucis.
  8. Discutez avec d’autres personnes simule la créativité car la diversité est la vraie source de richesse.
  9. Prendre des vacances est marrant, il faut bien rigoler dans la vie non ?
  10. Re-connection avec la vraie vie. Quand on est entrepreneur on est souvent coupé du monde. Paradoxal, vous me direz ? Pas tant que çà. Être entrepreneur nécessite de se focaliser dans une partie du monde et occulter le reste. Prendre des vacances permet de faire de choses simples comme cuisiner, prendre le temps de manger, profiter de sa famille. Si c’est pas çà le bonheur çà y ressemble.

Pour moi, prendre des vacances est important pour 2 raisons majeures :

  1. Se ressourcer pour permettre de recharger les batteries pour mieux repartir.
  2. Se re-connecter au monde réel pour garder le fragile équilibre vie privée et vie professionnelle qui est le seul moteur de la vie.